Jean-Philippe Gervais: une agriculture canadienne plus diversifiée quant à ses productions et à ses modèles d’exploitation

L’impact du zonage sur les tailles d’exploitation: même si on ne dispose pas d’études comparatives, il est logique de penser que des politiques comme celle de la protection du territoire agricole avec ses restrictions sur la taille des parcelles pouvant faire l’objet d’échange a pu avoir un impact sur le rythme d’expansion des fermes, surtout par comparaison avec des provinces ou de telles restrictions n’existent pas.L’évolution du prix des terres: Année après année, l’augmentation du prix des terres a été au Québec 1% plus élevée qu’en Ontario et 1,5% que dans l’Ouest. Sur 40 ans, cela fait un écart significatif.Endettement et prix des terres: Le ratio prix des terres/revenu agricole n’a cessé de croitre depuis des années, d’où une difficulté croissante à investir, à prendre de l’expansion ou à innover. Toutefois, on n’observe pas de retard important du Québec par rapport aux autres provinces en matière d’innovation.Être propriétaire ou locataire? Il est toujours important de disposer d’une certaine équité. Cependant, avec l’augmentation continue du prix des terres, l’accès à la location peut constituer une alternative intéressante. D’ailleurs on observe dans l’Ouest, une formalisation plus poussée des relations propriétaires/locataires avec des baux de plus longue durée.Diversifcation de l’agriculture: On constate depuis une dizaine d’année une évolution intéressante du point de vue de la pluralité des modèles d’exploitation et des productions, suscitée en partie par l’évolution des demandes des consommateurs. Et on note que les institutions financières tiennent compte de cette évolution: alors qu’auparavant, elles avaient tendance  à être axées sur l’échelle de production, elles constatent aujourd’hui que même des exploitations de plus petite taille offrent des valeurs ajoutées très significatives.Institutions  financières et changements climatiques: Il faut reconnaître que jusqu’à présent, les institutions financières n’ont pas encore fait beaucoup d’analyse pour comprendre et saisir l’impact des changements climatiques dans le risque et dans les résultats économiques des exploitations agricoles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s